Bordeaux, résidence du lac.

Il s’agit de prendre possession de la situation actuelle qui est un luxe : un délaissé sur lequel des arbres plantés créent une opportunité pour un projet en partant du logement : un hall qui est une forêt, des logements dans les arbres, des vues dégagées sur le lac et un ensoleillement idéal. Les délaissés génèrent une temporalité, des temps intermédiaires, qu’il s’agit d’utiliser et de coudre à l’urbanité existante : l’école, le quartier et au delà les Aubiers.

Publicités